Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 21:39
Le bleu de Prusse est une couleur synthétique créée accidentellement par le peintre Heinrich Diesbach au début du dix-huitième siècle, il y a un peu plus de 300 ans. Ironie de l'histoire, il semble que c'est la principale contribution au domaine de l'art qu'on ait retenu de ce peintre...

Il est difficile d'imaginer aujourd'hui que cette synthétisation était une mini-révolution dans le monde de la peinture. En effet, à l'époque, la seule couleur bleue stable qu'on connaissait était l'outremer, obtenue à partir de lapis-lazuli, ce qui en faisait une couleur encore plus chère que l'or !

La France possède un timbre de couleur bleu de Prusse célèbre par sa rareté. Il s'agit d'un timbre de un centime de la série allégorique « paix et commerce », également connue sous le nom de « Type Sage », en vigueur de 1876 à 1900. Le timbre en question ne semble en fait n'être qu'une variété de couleur et non une teinte explicitement souhaitée par les autorités postales comme le fut le 1fr carmin en remplacement du 1fr vermillon.

Toujours est-il que cette variété de couleur est très recherchée et, le nombre d'exemplaires disponibles étant peu élevé, les prix atteignent de fortes valeurs.

1c bleu de Prusse
Mis en vente par François Feldman, vente internet n° 76 du 22.05.2008, lot n° 205.

Cote : 15 000€
Prix de départ : 6000€
Prix de vente : Invendu

1c bleu de Prusse
Mis en vente par François Feldman, vente internet n° 76 du 22.05.2008, lot n° 206.

Cote : 15 000€
Prix de départ : 4000€
Prix de vente : Invendu

Le timbre de 1c courant est de couleur noir sur azuré ou diverses autres teintes bleutées. Ainsi, il y a de la place pour le rêve : « Et si mon 1c était en fait un bleu de Prusse ? » se demande l'amateur optimiste.

Et, logiquement, on retrouve des offres de ce style :

1c bleu de Prusse
Mis en vente par henriduyn sur eBay, lot n° 120262334332.

Prix de départ : 10€
Prix de vente : 20,50€

Il s'agit bien évidemment d'une reproduction ou d'un timbre normal regommé dont la couleur a été altérée. Le vendeur, tout en précisant qu'il est vendu comme non-authentique, écrit qu'il s'agit

néanmoins une rare opportunité pour un collectionneur, de voir figurer dans sa collection un timbre rare, non-oblitéré, à un prix très abordable, en attendant de pouvoir dénicher un exemplaire certifié d'origine. Le nombre de vignettes disponibles est très, très limité.

Ce n'est pas un timbre rare qui est ajouté dans la collection, mais une banale reproduction, qui a néanmoins coûté 25 euros avec les frais de port à un amateur.

Ce vendeur est d'ailleurs un spécialiste des reproductions de timbres français rares ou du moins particulièrement onéreux. On trouve d'ailleurs sur les sites belges et canadiens une offre semblable pour un 1c bleu de Prusse, dont l'un a été acheté par... le même acheteur que celui illustré ci-haut !

Repost 0
Published by Svart Riddare - dans France et colonies
commenter cet article
20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 21:30
Parfois, des timbres rares sont offerts à la vente par des maisons de ventes qui ne sont pas spécialisées en philatélie et qui offrent oeuvres d'art, mobilier et objets de collection en général. Que penser de la portée de ces ventes, combien d'acheteurs potentiels n'en auront jamais connaissance ? Quel pourcentage de philatélistes actifs dans les ventes aux enchères s'intéressent également aux ventes de meubles anciens, d'argenterie, de toiles ? D'ailleurs, la rareté présentée dans cet article était annoncée sur eBay, probablement afin de toucher un plus grand nombre de collectionneurs.

Comme je ne vois pas l'intérêt pour le propriétaire d'une collection de timbres de la vendre ainsi, je ne peux supposer qu'il doit s'agir la plupart du temps de la liquidation d'un patrimoine comprenant de très nombreux objets d'art et, accessoirement, de timbres-poste.

Voici un exemple de ce qu'on peut trouver dans une telle vente :

1fr Napoléon, bloc de douze
Mis en vente par Gorringes Auction Galleries, vente aux enchères n° LAPR08 du 23.04.2008, lot n° 809.

Valeur estimée : 40 000 à 60 000£
Prix de vente : 64 000£

Un impressionnant bloc de douze timbres du 1fr Napoléon de 1853, un coin de feuille avec la ligne d'encadrement et la marque de contrôle. Il possède quelques petits défauts comme de légers amincis mais demeure un bloc exceptionnel avec gomme originale.

Si vous préférez la peinture, vous pouvez jeter votre dévolu sur une nature morte de Maurice de Vlaminck, estimée entre 30 000 et 40 000£.

Maurice de Vlaminck, nature morte

Repost 0
Published by Svart Riddare - dans France et colonies
commenter cet article
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 22:08

Faut-il présenter le plus célèbre des timbres français ? Le plus célèbre par sa rareté. Émis le premier janvier 1849, valeur la plus élevée de la première émission de France, il sera retiré de la vente en décembre de la même année pour être remplacé par un timbre de même valeur nominale mais de couleur carmin, la couleur vermillon ayant été jugée trop proche de la couleur du timbre orange de 40 centimes.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Roumet Philatélie, vente sur offres n° 511 se terminant le 15.04.2008, lot n° 115.

Prix de départ : 25 000€
Prix de vente : 28 050€


Cette lettre postée à Sedan le 19 juillet 1850 est affranchie d'un exemplaire vermillon vif. On remarquera de nombreuses signatures (d'experts) sur la lettre, ainsi que le n° de lot au crayon dans le coin inférieur droit, comme s'il était absolument nécessaire que le vendeur laisse sa marque sur cette pièce rare.

Cette date est postérieure à la date d'émission de la circulaire de retrait du timbre vermillon :

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 39.

Valeur estimée : 30 000 à 40 000€
Prix de vente : 42 000€

Collection La Fayette


Cette circulaire comprend une moitié du timbre vermillon (à gauche) ainsi qu'une moitié du timbre carmin, afin que les agents des postes puissent aisément identifier les deux couleurs de timbre.

Ce témoin de l'histoire philatélique française était offert dans une vente exceptionnelle organisée conjointement par Spink (de Londres) et Behr Philatélie et qui eut lieu le 17 novembre 2003 à Paris. La collection « La Fayette » comprenait 18 plis affranchis d'un ou plusieurs exemplaires du 1fr vermillon.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 38.

Valeur estimée : 150 000 à 225 000€
Prix de vente : 120 000€

Collection La Fayette


Cette lettre à destination de Lisbonne comprend un exemplaire du timbre vermillon et deux du timbre carmin qui le remplace. C'est la seule connue où figurent les deux couleurs.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 44.

Valeur estimée : 20 000 à 30 000€
Prix de vente : Invendu

Collection La Fayette


Une lettre à destination d'Annecy, en Savoie, alors partie du royaume de Sardaigne, insuffisamment affranchie et donc taxée.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 45.

Valeur estimée : 14 000 à 18 000€
Prix de vente : Invendu

Collection La Fayette


Une lettre double; l'adresse est rédigée au verso de la lettre originale envoyée par le conservateur des hypothèque de Montluçon au notaire, qui renvoie la réponse le 30 août 1849 affranchissement avec un 1fr vermillon clair.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 46.

Valeur estimée : 14 000 à 18 000€
Prix de vente : 11 000€

Collection La Fayette


Une lettre envoyée de Paris vers Rochefort, affranchie avec un exemplaire d'une teinte couleur saumon.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 53.

Valeur estimée : 125 000 à 175 000€
Prix de vente : 100 000€

Collection La Fayette


Une lettre envoyée le 16 octobre 1849 du Jura à destination des États pontificaux, affranchie au tarif 1,20 fr pour l'Italie, l'un des trois plis connus avec ces deux timbres. Cette lettre a été offerte en juin 1995 par Hobbyphilatelie höflich KG en juin 1995 pour un prix de départ de 120 000 marks.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 56.

Valeur estimée : 30 000 à 40 000€
Prix de vente : 24 000€

ex Seligson, Collection La Fayette


Un exemplaire vermillon vif foncé, avec une oblitération manuscrite « plume ». Le seul exemplaire connu avec cette oblitération sur lettre. Le timbre aurait été enlevé pour examen puis recollé.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 59.

Valeur estimée : 12 000 à 20 000€
Prix de vente : Invendu

Collection La Fayette


Un exemplaire de couleur vermillon orange vif qui serait représentatif de la teinte des timbres utilisés dans le département de l'Ariège.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 60.

Valeur estimée : 50 000 à 60 000€
Prix de vente : 40 000€

Collection La Fayette


Un exemplaire de la même teinte, utilisé tardivement (le 3 mai 1851) sur une lettre à destination de la Sardaigne. Il faut croire que ce n'est pas tous les bureaux de poste qui avaient échangés leurs timbres vermillons contre des carmins !

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 61.

Valeur estimée : 65 000 à 90 000€
Prix de vente : 52 000€

Collection La Fayette


Une exceptionnelle paire de couleur orangée, sur une lettre à destination de Millau. Les timbres ont été décollés puis refixés à l'enveloppe à l'aide d'une charnière.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 67.

Valeur estimée : 135 000 à 175 000€
Prix de vente : 110 000€

Collection La Fayette


Un exemplaire vermillon rouge clair, le seul connu sur lettre avec ce type de cachet à date. Postée de l'Hérault le 11 janvier 1849, soit moins de deux semaines après la mise en vente du timbre.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 68.

Valeur estimée : 20 000 à 25 000€
Prix de vente : Invendu

Collection La Fayette


Un lettre d'origine rurale du département de l'Isère.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 69.

Valeur estimée : 17 500 à 22 500€
Prix de vente : 19 000€

Collection La Fayette


Une jolie lettre postée le 22 décembre 1849 affranchie avec un bel exemplaire vermillon rouge clair.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 70.

Valeur estimée : 22 500 à 30 000€
Prix de vente : Invendu

Collection La Fayette


Un exemplaire vermillon rouge foncé, sur une lettre postée de l'Aisne le 25 février 1849.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 71.

Valeur estimée : 25 000 à 30 000€
Prix de vente : Invendu

Collection La Fayette


Une lettre postée de Paris le 19 janvier 1849 à destination de Rouen, affranchie d'un timbre vermillon rouge très foncé, la teinte la plus vive de cette émission.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 73.

Valeur estimée : 25 000 à 35 000€
Prix de vente : 26 000€

Collection La Fayette


Un exemplaire vermillon rouge, d'une teinte caractéristique des timbres utilisés à Sedan, sur une lettre postée le 12 septembre 1850 à destination de Lannion.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 74.

Valeur estimée : 20 000 à 25 000€
Prix de vente : Invendu

Collection La Fayette


Un autre exemplaire utilisé à Sedan, d'une teinte toute aussi particulière.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 81.

Valeur estimée : 30 000 à 40 000€
Prix de vente : 24 000€

Collection La Fayette


Un exemplaire vermillon terne, frappé d'un cachet du bureau central de Paris daté du 10 janvier 1849. Une pièce de référence pour cette couleur caractéristique.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 82.

Valeur estimée : 70 000 à 130 000€
Prix de vente : 56 000€

Collection La Fayette


Une extraordinairement rare paire tête-bêche, la seule connue sur lettre, à destination de Bombay. Que demander de plus ?

Mise à jour du 12 novembre 2008

Voici une autre lettre offerte par Behr Philatélie, un exemplaire vermillon vif, utilisé sur un pli posté de Crest le 25 août 1849 à destination de Grenoble :

1fr vermillon sur lettre

Mis en vente par Giorgino, vente aux enchères du 28.03.2009, lot n° 1210.

 

Mise à prix : 24 000 Fr

Prix de vente : Invendu

 

Mis en vente par Behr Philatélie, vente sur offres n° 5 se terminant le 25.11.2008, lot n° 109.

Cote : 32 500€
Mise à prix : 18 500€

Prix de vente : Invendu

 

Mise à jour du 29 mars 2009

L'exemplaire sur lettre ci-haut (Crest, 25 août 1849), n'ayant pas trouvé preneur à Paris, est offert quatre mois plus tard dans une vente aux enchères en Suisse. Trouvera-t-il preneur ?

Un exemplaire sur fragment est également offert durant cette vente :

Mis en vente par Giorgino, vente aux enchères du 28.03.2009, lot n° 1209.

Mise à prix : 10 000 Fr
Prix de vente : 11 000 Fr


Le pli a été posté de Arcis sur Aube le 27 août 1849. Remarquez les cinq signatures sur le fragment !

Mise à jour du 11 avril 2009

Un bel exemplaire sur cette lettre postée de Lyon le 18 janvier 1849 et arrivée le lendemain à Tonnerre dans l'Yonne :

Mis en vente par David Feldman SA, vente aux enchères du 01.05.2009, lot n° 60014.

Valeur estimée : 16 000 à 24 000€
Prix de vente : 17 000€


On remarquera que toutes les lettres ci-haut à l'exception de deux sont frappées de l'oblitération grille. Les deux lettres en question sont datées du 10 et 11 janvier 1849. L'oblitération grille aurait été livrée en province à partir du 11 janvier 1849. Son utilisation sur la lettre ci-haut, datée du 18 janvier (trois semaines après la mise en circulation du timbre d'ailleurs), est donc correcte. Il est également intéressant que noter que le timbre est annulé par l'oblitération grille et le cachet à date.

Mise à jour du 22 avril 2009

Il faut croire que c'est la saison des 1fr vermillon sur lettre :

Mis en vente par Cherrystone Philatelic Auctioneers, vente aux enchères du 29.04.2009, lot n° 316.

Cote : 32 500€
Mise à prix : 9000$
Prix de vente : Invendu


Postée de Cognac le 26 juin 1849 par un certain Moullon, huissier, à destination d'un autre huissier, à Pérignac. La lettre ne semble pas avoir de particularité intéressante.

 

Mise à jour du 7 novembre 2010

La lettre suivante est semblable à deux des lettres illustrées ci-haut dans le sens où elle a été postée au tout début de l'année 1849 et que le timbre est annulé non pas par la classique oblitération grille mais par un cachet à date :

 

http://lh5.ggpht.com/_m5TAVVZAIO0/TNcHoeAgEoI/AAAAAAAACAA/VkbGOvOW1uo/s800/07-11-2010-3.jpg
Mis en vente par David Feldman SA, vente aux enchères du 19.11.2010, lot n° 20028.

Valeur estimée : 60 000
Prix de vente : 70 000€

 

Le cachet à date est celui du bureau central de Paris, du 4 janvier 1849, soit trois jours après la mise en circulation des premiers timbres-poste français. L'absence de l'oblitération grille s'explique par le fait que tous les bureaux de poste n'avaient pas reçus le tampon à temps...

 

Le bureau central de Paris commencera à utiliser le sien le 10 janvier de la même année.

 

Mise à jour du 28 novembre 2010

Et encore trois autres :

 

http://lh4.ggpht.com/_m5TAVVZAIO0/TPJhWYLkfYI/AAAAAAAACCc/MLK-3Ax9aC8/s400/28-11-2010-3.jpg
Mis en vente par Behr Philatélie, vente sur offre n° 11 se terminant le 08.12.2010, lot n° 223.

Cote : 52 500€
Mise à prix : 20 000€
Prix de vente : 22 500€

 

http://lh3.ggpht.com/_m5TAVVZAIO0/TPJhWUxLf2I/AAAAAAAACCg/h08u67EMqQM/s400/28-11-2010-4.jpg
Mis en vente par Behr Philatélie, vente sur offre n° 11 se terminant le 08.12.2010, lot n° 224.

Cote : 34 000€
Mise à prix : 18 000€
Prix de vente : Invendu

 

http://lh5.ggpht.com/_m5TAVVZAIO0/TPJhWbyB2II/AAAAAAAACCk/kIVwUxHRyx8/s400/28-11-2010-5.jpg
Mis en vente par Behr Philatélie, vente sur offre n° 11 se terminant le 08.12.2010, lot n° 228.

Cote : 34 000€
Mise à prix : 17 000€
Prix de vente : Invendu

 

Dans les trois cas, il s'agit de lettres envoyées à des greffiers ou des avoués.

Repost 0
Published by Svart Riddare - dans France et colonies
commenter cet article
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 18:50
La France a émis, en 1989, un timbre « pour le bien des aveugles ». Le design est minimaliste puisque seule une feuille couverte de caractères en braille y est représenté. Au bas du timbre, un bandeau contient une inscription en braille, donc en relief.

Évidemment, lors de la production de tels timbres, il finit toujours par y avoir un pépin :

Il est où le texte en braille ?
Mis en vente par Philatel, vente sur offres n° 234 se terminant le 18.03.2008, lot n° 3321.

Cote : 3500€
Prix de départ : 1200€
Prix de vente : Invendu

Sur cet exemplaire, l'inscription en braille est tout simplement absente... une erreur assez cocasse.

L'inscription, lorsqu'elle est présente, est « V. Hauy ». Valentin Haüy est un philantrope du dix-huitième siècle qui fut l'un des premiers à s'intéresser au sort des aveugles. Il fonda une école à Paris avec pour objectif d'instruire les aveugles et surtout de leur apprendre un métier.

Rejeté par ses pairs à la fin de la Révolution Française, il partira pour Saint-Pétersbourg où il fondera une école semblable, qu'il dirigera pendant plus d'une décennie.

La France lui a consacré un timbre en 1959, émis au profit de la Croix-Rouge. Ce timbre est accompagné d'un autre où figure l'Abbé de l'Épée, qui a joué un rôle similaire mais au profit des sourds-muets.

Mise à jour du 12 novembre 2008

Au salon philatélique d'automne, on a pu voir un bloc de dix de cette erreur :

Il est où le texte en braille ?
Mis en vente par Behr Philatélie, vente à prix net n° 86, lot n° 2063.

Prix net : Sur demande
Prix affiché : 20 000€

Le prix affiché est celui qui était griffonné à l'encre dans la marge de la photocopie sur le Stand de Behr Philatélie au salon.
Repost 0
Published by Svart Riddare - dans France et colonies
commenter cet article
16 janvier 2008 3 16 /01 /janvier /2008 21:51
La princesse Charlotte de Monaco m'est, je dois l'avouer, totalement inconnue mais certains de mes lecteurs s'intéressent peut-être à la famille princière monégasque ou l'on déjà rencontrée. 

La princesse Charlotte, fille « illégitime » de prince Louis II de Monaco, est née en 1898. Reconnue par son père, elle devint Mademoiselle de Valentinois et, suite à l'adoption officielle par son père (à Paris, en présence du président de la République française !), devint duchesse du même nom.

Elle sera la mère du prince Rainier III de Monaco, qui « régna » de 1949 jusqu'à sa mort en 2005. Elle avait épousé Pierre de Polignac le 18 mars 1920 et bien qu'un timbre spécial ne fut pas émis pour l'occasion (1920 est encore un peu tôt pour de tels timbres commémoratifs), une série de timbres-taxe fut surchargée pour souligner l'événement :

Surcharge en l'honneur du mariage de la princesse Charlotte
Mis en vente par François Feldman, vente aux enchères n° 75, lot n° 988.

Cote : 8740€
Prix de départ : 4000€
Prix de vente : Invendu

Le lot mis en vente comprend toute la série. Le timbre illustré est de loin le plus rare et vaut dix fois plus que les neufs autres timbres réunis. Vraisemblablement parce que sa valeur nominale (faciale) est très élevée.

Exactement 10 ans plus tard, le 20 mars 1930, le couple se brisait mais cet événement peu festif ne donna évidemment pas lieu à une surcharge commémorative...

Mise à jour du 20 mai 2008

L'exemplaire ci-haut n'ayant pas trouvé preneur, c'est maintenant un exemplaire neuf qui est offert par le même vendeur :

Surcharge en l'honneur du mariage de la princesse Charlotte
Mis en vente par François Feldman, vente internet n° 76, lot n° 1254.

Cote : 8250€
Prix de départ : 3300€
Prix de vente : Invendu

On retrouve, dans cette même vente, une variété de surcharge qui peut se produire sur les trois premiers timbres de la série. Surchargés 2c + 3c, la variété consiste en l'inversion du dernier c, ce qui donne :

Surcharge en l'honneur du mariage de la princesse Charlotte
Mis en vente par François Feldman, vente internet n° 76, lot n° 1253.

Cote : 6450€
Prix de départ : 2400€
Prix de vente : Invendu

La cote et les prix s'entendent pour les trois timbres qui présentent cette variété, dont un seul est illustré.

Repost 0
Published by Svart Riddare - dans France et colonies
commenter cet article
24 décembre 2007 1 24 /12 /décembre /2007 22:27
Un classique français en excellente condition :

France n° 18, 1 fr carmin

Mis en vente par Yvert & Tellier, vente sur offres n° 1, lot n° 850.

Cote : 10 000€
Prix de départ : 4750€

Prix de vente : Inconnu


Il s'agit du n° 18, un franc carmin. Neuf avec légère trace de charnière, bien centré, bien qu'il soit difficile d'évaluer correctement la taille des marges sur un si petit scan (4 ko). 

Yvert & Tellier est mieux connu pour son catalogue de timbre que pour ses ventes sur offres, ce qui est normal, vu que c'est la première ! Ce qui est excellent et qui fait très (trop) Français, c'est cette pub sur le site du vendeur :

Un petit bloc de fois gras avec ça ?


Ainsi, si vous êtes l'heureux acquéreur de la rareté ci-haut, vous aurez le plaisir de l'admirer tout en dégustant ce bloc de foie gras de tradition artisanale... à moins que cette offre ne s'applique pas aux achats de timbres mais seulement de fournitures ?

Mise à jour du 11 avril 2009

J'ai hésité à ajouter un autre timbre à cet article où pointe un soupçon d'ironie... Voici un autre classique français (le plus célèbre même) en excellente condition :

Mis en vente par David Feldman SA, vente aux enchères du 01.05.2009, lot n° 60012.

Valeur estimée : 70 000 à 90 000€
Prix de vente : 75 000€

Un timbre d'un franc, à l'effigie de Cérès, ce qui est plus sympa que celle de Napoléon III, mais oui, il s'agit du rare 1fr vermillon ! De belles marges, une couleur intense, la gomme d'origine avec légère trace de charnière, aucun défaut et, ce qui est rare sur les beaux timbres français, pas de signature au dos du timbre mais des certificats d'authenticité, que demander de plus ?

Une première acquisition idéale pour commencer une collection des classiques français...

Repost 0
Published by Svart Riddare - dans France et colonies
commenter cet article
16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 21:52

À New York le 12 décembre sera vendue aux enchères une impressionnante collection de l'histoire postale guadeloupéenne. Parmi les nombreuses pièces de grande rareté et de grande valeur philatélique, on trouve ce pli :

France n° 4 et 6 sur un pli de Guadeloupe

Mis en vente par David Feldman SA, vente aux enchères du 19.11.2010, lot n° 20030.

Valeur estimée : 10 000€
Prix de vente : Invendu

 

Mis en vente par Spink Shreves Galleries, vente aux enchères n° 97 du 12.12.2007, lot n° 1.

Valeur estimée : 20 000$ à 25 000$
Prix de vente : 15 000$


Il s'agit du plus ancien pli connu provenant des colonies françaises et affranchi avec des timbres de la métropole. Oblitéré à Basse-Terre en Guadeloupe, le 2 novembre 1851, le pli est arrivé à Calais le 28 novembre et à Paris le même jour (ce dernier cachet est situé au verso).

Durant environ deux ans, de 1851 à 1853, la France a fait parvenir à quatre de ses colonies, dont la Guadeloupe, des timbres de sa première émission afin que les plis à destination de la France puissent être affranchis. Il y aurait moins de 50 tels plis en provenance de la Guadeloupe aujourd'hui connus.

Mise à jour du 11 avril 2009

Voici une autre lettre, postée de Pointe-à-Pitre le 27 septembre 1852 à destination de Paris, arrivée à Calais le 19 octobre :

Mis en vente par David Feldman SA, vente aux enchères du 01.05.2009, lot n° 60015.

Valeur estimée : 6000 à 8000€
Prix de vente : 5500€


L'affranchissement est identique à la première lettre illustrée dans ce billet, 1,50 francs mais ce pli est taxé. La lettre aurait vraisemblablement du être affranchie au tarif du deuxième échelon, soit trois francs.

Le vendeur précise qu'on connaît quatre telles lettres de Gadeloupe taxées pour affranchissement insuffisant et, évidemment, il précise également que c'est la plus belle...

 

Mise à jour du 7 novembre 2010

La première lettre illustrée dans ce billet n'aura même pas été conservée trois ans par son acquéreur puisqu'on la retrouve de nouveau en vente. La valeur estimée est proche du montant de la transaction en 2007.

 

Le vendeur précise qu'il s'agit d'un pli premier jour.

Repost 0
Published by Svart Riddare - dans France et colonies
commenter cet article

Présentation

  • : Raretés et curiosités philatéliques
  • Raretés et curiosités philatéliques
  • : Présentation de timbres ou d'objets philatéliques rares.
  • Contact