Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 22:15
On sait que les timbres rares attirent les fraudeurs, faussaires et escrocs en tout genre. D'ailleurs certains faussaires étaient de véritables artistes et leurs reproductions étaient parfois mieux réalisées que les originaux !

Les timbres rares attirent également parfois les gangsters. En 1980, lors du deuxième salon annuel de la philatélie à Montréal, deux hommes cagoulés et armés font irruption dans la salle d'exposition, cassent une vitrine de protection et s'emparent d'un bloc de vingt-cinq timbres avant de disparaître sous le regard ébahi des personnes présentes.

Quel était ce bloc ? Un bloc de la plus célèbre erreur des timbres canadiens, le « Seaway invert ». En 1959, le Canada et les États-Unis émettent un timbre identique pour célébrer la voie maritime du St-Laurent, un énorme ensemble d'écluses et de canaux qui permet aux navires cargo de rejoindre les Grands Lacs à partir du St-Laurent.
À Winnipeg, un commis achète 30 timbres pour les besoins de l'hôtel pour lequel il travaille. Trois ou quatre de ces timbres sont immédiatement utilisés avant que quelqu'un ne remarque l'erreur : le centre du timbre, imprimé en bleu, est inversé par rapport à la légende, imprimée en rouge. Les exemplaires restants sont achetés une petite fortune par un des plus grands marchands philatéliques canadiens, Kasimir Bileski. Les vingt autres exemplaires de la feuille de 50 avaient déjà été vendus et à priori utilisés, dont certains ont été retrouvés.

Dans les mois qui suivent, de nouvelles feuilles sont retrouvés dans diverses villes d'Ontario. On estime aujourd'hui qu'environ 400 de ces timbres sont disponibles sur le marché, dont plusieurs oblitérés et même seize sur enveloppe !

Le St-Laurent inversé, bloc de quatre

Mis en vente par H.R. Harmer, vente aux enchères n° 2984 du 22.05.2008, lot n° 2400.

Prix indicatif : 64 000$
Prix de vente : 57 500$

collection « Mont-Royal »


Bien que des exemplaires neufs soient relativement souvent offerts à la vente, un bloc de quatre est un événement exceptionnel.

Les observateurs attentifs remarqueront qu'il s'agit d'un coin de feuille mais qu'il ne porte pas les traditionnelles inscriptions d'un « plate block ». La réponse est simple et cocasse. À chaque nouvelle émission, de nombreux philatélistes se précipitaient dans les bureaux de poste pour n'acheter que les coins des feuilles, un « déplorable » comportement que Postes Canada su transformer en imprimant ses feuilles normales sans inscription et en imprimant des blocs de coin avec inscriptions spécialement pour les philatélistes...

Repost 0
Published by Svart Riddare - dans Canada et provinces
commenter cet article
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 23:10
Nous sommes en 1860 et l'Italie est en cours de réunification, par la force des armes.

En mai de cette année, Garibaldi s'embarque à Gênes avec un millier de volontaires pour aller conquérir le Royaume des Deux Siciles, rien de moins. Grâce au soutien de deux navires anglais, il débarqueront en Sicile puis, fort du soutien de nouveaux volontaires, réussiront à gagner difficilement une première bataille contre les troupes du jeune Franscesco delle Due Sicilie.

Deux semaines plus tard, Garibaldi réussit à prendre Palerme, les habitants de l'île s'étant soulevés contre leur roi. Le célèbre romancier français Alexandre Dumas lui apporte alors le soutien de sa plume et transforme Garibalbi en véritable héros. Une exposition à ce sujet a d'ailleurs été récemment présentée au Château de Monte-Cristo, l'éphémère demeure que l'écrivain fit construire dans les Yvelines.

Au mois d'août, fort d'une armée de 20 000 hommes grossissant de jour en jour, Garibaldi débarque en Calabre où la résistance est d'abord faible, jusqu'à ce que le roi prenne la tête de son armée de 50 000 hommes. Garibaldi entre dans Naples désertée par le roi le 7 septembre 1860 et livre, à la fin du mois, une bataille décisive contre les troupes royales.

Trois semaines plus tard, les Siciliens se prononcent favorablement, par référendum, à l'union de leur royaume avec celui de Sardaigne. La réunification de l'Italie va bon train.

Durant cette période trouble, le premier timbre émis par le royaume est réimprimé avec une légère modification, le G de grana étant remplacé par un T pour tornesi (un grana vaut deux tornesi). Voici un superbe exemplaire de ce timbre, sur fragment :

Un timbre de la poste napolitaine

Mis en vente par Aste Bolaffi Ambassador, vente aux enchères n° 38 du 16.05.2008, lot n° 440.

Prix de départ : 2500€
Prix de vente : 6500€

Ce timbre est rare, particulièrement à l'état neuf. Un deuxième tirage sera effectué la même année mais cette fois c'est tout le blason central qui sera remplacé par une croix blanche.

Mise à jour du 15 mai 2009

Voici un exemplaire sur fragment de journal :

Mis en vente par Numphil, vente aux enchères du 23.05.2009, lot n° 226.

Valeur estimée : 6000 à 8000€

On peut constater que le timbre est frappé du cachet ANNULLATO et qu'une pléthore d'experts ont apposé leur signature près du timbre.

L'extrait d'article de journal est intéressant car représentatif de l'époque à laquelle ce timbre a été imprimé, époque de bouleversements politiques en Italie. On y lit d'ailleurs la maxime Felice quello Stato che ha poche e buone leggi, heureux soit le pays régit par peu de lois mais de bonnes lois. Je ne sais pas si cette maxime a encore un sens aujourd'hui dans notre union européenne où foisonnent les lois.

En France, c'est encore pire, on adopte plusieurs fois les mêmes lois car les premières versions ne sont pas appliquées, comme la loi Evin interdisant de fumer dans les lieux publics qui est adoptée en 1991 et appliquée en 2007-2008. Je ne parle même pas de la désastreuse allocation télévisée de Jacques Chirac lors de l'adoption du Contrat première embauche en 2006 où il demande expressément que la loi votée ne soit pas appliquée...

Repost 0
Published by Svart Riddare - dans Italie et états italiens
commenter cet article
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 23:32
Avant de répondre à cette question, faisons deux petites parenthèses. La première pour mentionner que ce blog reprend après de longues vacances de printemps (avec quatre jours fériés répartis sur 12 jours, difficile de ne pas en profiter !) et la deuxième pour présenter rapidement une vente exceptionnelle de raretés philatéliques scandinaves.

Organisée par Spink Shreves Galleries, la vente de la collection de Scandinavie de William H. Gross est particulière pour plusieurs raisons. La première c'est que cette collection comprend de nombreux items excessivement rares (dont ceux présentés dans cet article). La deuxième c'est que la vente ne comprend que 110 lots... dont la quasi-totalité sont inaccessibles aux collectionneurs « moyens ». Finalement, la troisième est que cette collection est vendue au profit d'un organisme caritatif, le projet Millenium Villages du Earth Institute de l'Université Columbia. Ce projet vise à combattre la pauvreté par la création d'une dynamique positive et durable permettant aux habitants d'améliorer significativement leur niveau de vie. Le vendeur ne mentionne pas si lui-même consacrera une partie des frais de vente à cette oeuvre charitable...

Revenons à la question. Les deux premiers timbres de Finlande, de 5 et 10 kopecks, étaient imprimés à la main, sur des bandes de papier suffisamment large pour caser environ une dizaine d'exemplaires horizontalement. Une fois la première rangée imprimée, on faisait pivoter la feuille et on imprimait une deuxième rangée, pour un total d'une vingtaine de timbres par feuille (le nombre exact pouvait varier, le processus n'étant absolument pas automatisé).

Ainsi, les deux rangées de timbres se présentaient toujours tête-bêche. On pouvait donc découper des « paires » verticales (les timbres n'étant pas alignés, il s'agit de paires ou de blocs irréguliers comme on le verra sur les illustrations plus bas) pour obtenir les tête-bêche.

Il reste aujourd'hui très peu de ces paires, moins d'une vingtaine pour chaque timbre (un recensement a été effectué par Linder dans son livre Finland's ovalmärken), en partie parce que souvent les timbres étaient livrés aux bureaux de poste déjà séparés les uns des autres...

Voici quatre de ces paires ou blocs :

Les premiers timbres de Finlande tête-bêche

Mis en vente par Spink Shreves Galleries, vente aux enchères n° 102 du 16.05.2008, lot n° 1019.

Cote : 600 000 kr
Valeur estimée : 50 000 à 75 000$
  Prix de vente : 57 500$

ex Fabergé
collection William Gross

Les premiers timbres de Finlande tête-bêche

Mis en vente par Spink Shreves Galleries, vente aux enchères n° 102 du 16.05.2008, lot n° 1020.

Cote : 1 200 000 kr
Valeur estimée : 75 000 à 100 000$
  Prix de vente : 180 000$

ex Ferrary, Hind, King Carol
collection William Gross

Les premiers timbres de Finlande tête-bêche

Mis en vente par Spink Shreves Galleries, vente aux enchères n° 102 du 16.05.2008, lot n° 1028.

Cote : 1 200 000 kr
Valeur estimée : 100 000 à 150 000$
  Prix de vente : 170 000$

ex Mertens, Fabergé, Lichtenstein, Amundsen
collection William Gross

Les premiers timbres de Finlande tête-bêche

Mis en vente par Spink Shreves Galleries, vente aux enchères n° 102 du 16.05.2008, lot n° 1029.

Cote : 600 000 kr
Valeur estimée : 50 000 à 75 000$
  Prix de vente : 80 000$

ex Mellgren
collection William Gross

Certaines de ces paires ou de ces blocs faisaient auparavant partie de blocs plus importants, comme le montre cette photographie d'un bloc de six qui a été séparé il y a une quarantaine d'année :

Trois tête-bêche dans un bloc de six
Comme les valeurs estimées pour les blocs de quatre ne sont que le double des valeurs estimées pour les paires, il existe un risque pour que d'autres découpages aient lieu. Réponse dans quelques années ou décennies, lorsque ces pièces reviendront sur le marché...

Mise à jour du 11 avril 2009

Une autre paire oblitérée (à l'aide de croix tracées à l'encre, ce qui était courant sur les premiers timbres de Finlande) :

Mis en vente par David Feldman SA, vente aux enchères du 01.05.2009, lot n° 60009.

Valeur estimée : 15 000 à 20 000€
Prix de vente : 19 000€


Repost 0
Published by Svart Riddare - dans Scandinavie
commenter cet article
27 avril 2008 7 27 /04 /avril /2008 11:34
Cette république soviétique, dont la traduction anglaise est « The Far Eastern Republic » et qui comprenait les territoires russes près du fleuve Amour et du lac Baïkal, au nord de la Chine et de la Mongolie, fut créée en 1920 dans le but de servir d'état tampon entre l'URSS nouvellement née et les territoires chinois envahis par l'armée japonaise.

Sa brève existence fut malmenée par au moins un coup d'état qui mena à la sécession de la région de Vladivostok. Théoriquement indépendante, la république demanda, après avoir réunifié son territoire, d'être réintégrée dans l'URSS, ce qui se produisit à la fin de 1922.

Elle eut toutefois le temps d'émettre quelques timbres et de nombreuses surcharges, dont voici un exemple :

Far Eastern Republic
Mis en vente par Cherrystone Philatelic Auctioneers, vente aux enchères du 07.05.2008, lot n° 612.

Prix indicatif : 2400$
Prix de vente : 2500$

Ce bloc de quinze timbres de 5 kopeks (remarquez le nom de la république dans l'anneau central qui entoure les armoiries), émis en 1921, est surchargé de l'inscription 1917 7-XI 1922, dont la signification ne peut laisser place à aucun doute; il s'agit de la commémoration de la révolution russe du 7 novembre 1917 (le 25 octobre en fait car les Russes n'avaient toujours pas adopté le calendrier grégorien, ce qu'ils feront au début de 1918).

La particularité de ce bloc est que la dernière rangée n'est pas surchargée.

Parmi les nombreuses émissions, il y en a certaines pour lesquelles les experts diffèrent d'opinion quant à savoir si elles sont officielles ou non. C'est le cas de la surcharge suivante, appliquée à Vladivostok en 1923 (après la dissolution théorique de la jeune république) pour un service aérien :


Far Eastern Republic - Poste aérienne
Far Eastern Republic - Poste aérienne
Far Eastern Republic - Poste aérienne
Mis en vente par Cherrystone Philatelic Auctioneers, vente aux enchères du 07.05.2008, lots n° 613, 614 et 615.

Cotes : 1000, 1000 et 1200€
  Prix de vente : 700, 700 et 700$

Il y aurait eu moins d'une centaine d'exemplaires surchargés mais leur caractère non-officiel explique leur valeur relativement peu élevée.
Repost 0
Published by Svart Riddare - dans Russie et pays satellites
commenter cet article
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 21:22
Nova Stamps AB, basée à Stockholm, en Suède, nous offre sa dernière vente aux enchères, vingt-huit ans après la première. Dernière ? Pas tout à fait puisqu'elle rejoint le groupe AB Philea, qui a déjà, dans les récentes années, absorbé Lars-Tore Eriksson Frimärksauktioner et Frimärkskompaniet, deux maisons de vente suédoises réputées pour la qualité de leurs ventes. D'ailleurs AB Philea organise deux fois par an une « kvalitetaucktion » sous les marques (si on peut utiliser ce terme) Lars-Tore Eriksson et Frimärkskompaniet.

Les ventes de Nova Stamps se distinguaient en général par le très grand nombre de cartes postales qui y étaient offertes. Espérons que les amateurs sauront retrouver, dans le nouveau groupe, le même genre d'offre.

Voici un lot offert dans cette dernière vente :

Un rare timbre du Danemark
Mis en vente par Nova Stamps AB, vente aux enchères du 08.05.2008, lot n° 117.

Cote : 30 000 kr
Prix de départ : 3000 kr
Prix de vente : 9300 kr

Il s'agit d'un timbre du Danemark, émis le 1er janvier 1871. Il s'agit de la première série de ce type, la deuxième ayant été émise en 1875 lors du changement de monnaie.

Ce timbre de deux skillings est dentelé 12½x12½ et n'a été imprimé qu'à 30 000 exemplaires, en comparaison des 20 millions d'exemplaires dentelés 14x13½, ce qui est suffisant pour en expliquer la valeur aujourd'hui.

Repost 0
Published by Svart Riddare - dans Scandinavie
commenter cet article
20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 21:30
Parfois, des timbres rares sont offerts à la vente par des maisons de ventes qui ne sont pas spécialisées en philatélie et qui offrent oeuvres d'art, mobilier et objets de collection en général. Que penser de la portée de ces ventes, combien d'acheteurs potentiels n'en auront jamais connaissance ? Quel pourcentage de philatélistes actifs dans les ventes aux enchères s'intéressent également aux ventes de meubles anciens, d'argenterie, de toiles ? D'ailleurs, la rareté présentée dans cet article était annoncée sur eBay, probablement afin de toucher un plus grand nombre de collectionneurs.

Comme je ne vois pas l'intérêt pour le propriétaire d'une collection de timbres de la vendre ainsi, je ne peux supposer qu'il doit s'agir la plupart du temps de la liquidation d'un patrimoine comprenant de très nombreux objets d'art et, accessoirement, de timbres-poste.

Voici un exemple de ce qu'on peut trouver dans une telle vente :

1fr Napoléon, bloc de douze
Mis en vente par Gorringes Auction Galleries, vente aux enchères n° LAPR08 du 23.04.2008, lot n° 809.

Valeur estimée : 40 000 à 60 000£
Prix de vente : 64 000£

Un impressionnant bloc de douze timbres du 1fr Napoléon de 1853, un coin de feuille avec la ligne d'encadrement et la marque de contrôle. Il possède quelques petits défauts comme de légers amincis mais demeure un bloc exceptionnel avec gomme originale.

Si vous préférez la peinture, vous pouvez jeter votre dévolu sur une nature morte de Maurice de Vlaminck, estimée entre 30 000 et 40 000£.

Maurice de Vlaminck, nature morte

Repost 0
Published by Svart Riddare - dans France et colonies
commenter cet article
18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 22:20
Les tous premiers timbres émis par la colonie britannique de l'Île Maurice sont extraordinairement rares. La deuxième émission est déjà un peu plus accessible, bien que les exemplaires des premiers tirages de cette émission soient eux aussi de grandes raretés. Ces timbres sont passionants pour le philatéliste en raison des différences de papier et de l'usure visible des matrices d'impression d'un tirage à l'autre.

Le timbre que je vous présente aujourd'hui a été émis en décembre 1859, sur papier vergé. C'est le premier timbre de Mauritius produit par lithographie. Bien qu'il ne soit pas particulièrement rare, son look a attiré mon regard et c'est tout naturellement que j'ai souhaité l'inclure sur ce blog :

Île Maurice, un timbre tout simplement superbe
Mis en vente par Schuyler Rumsey Philatelic Auctions, vente aux enchères n° 30 du 25.04.2008, lot n° 1759.

Cote : 1600£
  Prix de vente : 1200$

Il s'agit d'un exemplaire tout simplement superbe qui pourrait servir de parfait alibi pour démarrer une collection, à condition bien sûr d'en avoir les moyens, ce qui n'est pas mon cas... Ami lecteur, il est pour toi !
Repost 0
Published by Svart Riddare - dans Angleterre et colonies
commenter cet article
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 22:44
Nous sommes en 1941 et l'armée allemande a plus ou moins envahi toute l'Europe, y compris la Norvège, à l'été 1940. L'Allemagne se devant de célébrer cette « victoire définitive » sur l'Europe et la Russie, un stock de timbres norvégiens sont surchargés du V de la victoire :

Victoire ou défaite ?
Mis en vente par Kjell Germeten, vente aux enchères n° 74 du 18.04.2008, lots n° 1422, 1423 et 1424.

Prix de départ : 5000, 5000 et 500 kr
Prix de vente : 5100, 5200 et 400 kr


À l'exception de 200 exemplaires du 20 öre rouge où la victoire devient un lambda... à moins que ce ne soit la victoire qui se prépare à changer de camp !

Les différents timbres V sont aujourd'hui très courants et, à l'exception des valeurs les plus courantes, la plupart se trouvent beaucoup plus aisément à l'état neuf qu'oblitérés. L'une des raisons est que ces timbres n'ont été disponibles à la vente que durant quelques mais. Un deuxième raison est qu'en 1947, avant la destruction par le feu des stocks restants, environ 50 000 jeux de ces timbres furent cédés à une association caritative afin de la soutenir.

Le troisième timbre illustré ci-haut n'est pas tout à fait un exemplaire normal, il s'agit d'une variété constante se produisant sur un timbre par planche, ce qui explique qu'il soit offert dans cette vente aux enchères.
Repost 0
Published by Svart Riddare - dans Scandinavie
commenter cet article
12 avril 2008 6 12 /04 /avril /2008 18:39
Les Îles Caroline forment un immense archipel de plusieurs centaines d'îles, dans l'océan Pacifique, au nord-est de la Papouasie Nouvelle-Guinée. Tour à tour sous la domination espagnole, allemande, japonaise et américaine, ces îles font aujourd'hui partie de l'État Fédéré de Micronésie ou des Palaos.

Les timbres émis par l'occupant allemand furent ceux de la série du yacht Hohenzollern :

Un recommandé des Îles Caroline
Mis en vente par Peter Vogenbeck, vente aux enchères n° 72 du 12.04.2008, lot n° 733.

Prix de départ : 1200€
Prix de vente : Invendu

Ce pli, un recommandé à destination de l'Afrique du Sud (plus précisément de l'état libre d'Orange), est affranchi à l'aide des cinq premiers timbres de la série pour un total de 63 pfennigs. On notera qu'après un long voyage, ce pli semble être revenu et avoir échoué au rebut, avant qu'un philatéliste ne passe par là...

Comme pour toutes les colonies ou les états de faible population, les timbres neufs sont aujourd'hui beaucoup plus courant que les timbres oblitérés (surtout que lors de la prise de la colonie par les Japonais, les Allemands abandonnèrent bien évidemment les stocks de timbre). Les plis connus sont souvent philatéliques.

Et, inévitablement dans ce genre de situation, il faut se méfier des fausses oblitérations !
Repost 0
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 22:08

Faut-il présenter le plus célèbre des timbres français ? Le plus célèbre par sa rareté. Émis le premier janvier 1849, valeur la plus élevée de la première émission de France, il sera retiré de la vente en décembre de la même année pour être remplacé par un timbre de même valeur nominale mais de couleur carmin, la couleur vermillon ayant été jugée trop proche de la couleur du timbre orange de 40 centimes.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Roumet Philatélie, vente sur offres n° 511 se terminant le 15.04.2008, lot n° 115.

Prix de départ : 25 000€
Prix de vente : 28 050€


Cette lettre postée à Sedan le 19 juillet 1850 est affranchie d'un exemplaire vermillon vif. On remarquera de nombreuses signatures (d'experts) sur la lettre, ainsi que le n° de lot au crayon dans le coin inférieur droit, comme s'il était absolument nécessaire que le vendeur laisse sa marque sur cette pièce rare.

Cette date est postérieure à la date d'émission de la circulaire de retrait du timbre vermillon :

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 39.

Valeur estimée : 30 000 à 40 000€
Prix de vente : 42 000€

Collection La Fayette


Cette circulaire comprend une moitié du timbre vermillon (à gauche) ainsi qu'une moitié du timbre carmin, afin que les agents des postes puissent aisément identifier les deux couleurs de timbre.

Ce témoin de l'histoire philatélique française était offert dans une vente exceptionnelle organisée conjointement par Spink (de Londres) et Behr Philatélie et qui eut lieu le 17 novembre 2003 à Paris. La collection « La Fayette » comprenait 18 plis affranchis d'un ou plusieurs exemplaires du 1fr vermillon.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 38.

Valeur estimée : 150 000 à 225 000€
Prix de vente : 120 000€

Collection La Fayette


Cette lettre à destination de Lisbonne comprend un exemplaire du timbre vermillon et deux du timbre carmin qui le remplace. C'est la seule connue où figurent les deux couleurs.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 44.

Valeur estimée : 20 000 à 30 000€
Prix de vente : Invendu

Collection La Fayette


Une lettre à destination d'Annecy, en Savoie, alors partie du royaume de Sardaigne, insuffisamment affranchie et donc taxée.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 45.

Valeur estimée : 14 000 à 18 000€
Prix de vente : Invendu

Collection La Fayette


Une lettre double; l'adresse est rédigée au verso de la lettre originale envoyée par le conservateur des hypothèque de Montluçon au notaire, qui renvoie la réponse le 30 août 1849 affranchissement avec un 1fr vermillon clair.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 46.

Valeur estimée : 14 000 à 18 000€
Prix de vente : 11 000€

Collection La Fayette


Une lettre envoyée de Paris vers Rochefort, affranchie avec un exemplaire d'une teinte couleur saumon.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 53.

Valeur estimée : 125 000 à 175 000€
Prix de vente : 100 000€

Collection La Fayette


Une lettre envoyée le 16 octobre 1849 du Jura à destination des États pontificaux, affranchie au tarif 1,20 fr pour l'Italie, l'un des trois plis connus avec ces deux timbres. Cette lettre a été offerte en juin 1995 par Hobbyphilatelie höflich KG en juin 1995 pour un prix de départ de 120 000 marks.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 56.

Valeur estimée : 30 000 à 40 000€
Prix de vente : 24 000€

ex Seligson, Collection La Fayette


Un exemplaire vermillon vif foncé, avec une oblitération manuscrite « plume ». Le seul exemplaire connu avec cette oblitération sur lettre. Le timbre aurait été enlevé pour examen puis recollé.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 59.

Valeur estimée : 12 000 à 20 000€
Prix de vente : Invendu

Collection La Fayette


Un exemplaire de couleur vermillon orange vif qui serait représentatif de la teinte des timbres utilisés dans le département de l'Ariège.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 60.

Valeur estimée : 50 000 à 60 000€
Prix de vente : 40 000€

Collection La Fayette


Un exemplaire de la même teinte, utilisé tardivement (le 3 mai 1851) sur une lettre à destination de la Sardaigne. Il faut croire que ce n'est pas tous les bureaux de poste qui avaient échangés leurs timbres vermillons contre des carmins !

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 61.

Valeur estimée : 65 000 à 90 000€
Prix de vente : 52 000€

Collection La Fayette


Une exceptionnelle paire de couleur orangée, sur une lettre à destination de Millau. Les timbres ont été décollés puis refixés à l'enveloppe à l'aide d'une charnière.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 67.

Valeur estimée : 135 000 à 175 000€
Prix de vente : 110 000€

Collection La Fayette


Un exemplaire vermillon rouge clair, le seul connu sur lettre avec ce type de cachet à date. Postée de l'Hérault le 11 janvier 1849, soit moins de deux semaines après la mise en vente du timbre.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 68.

Valeur estimée : 20 000 à 25 000€
Prix de vente : Invendu

Collection La Fayette


Un lettre d'origine rurale du département de l'Isère.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 69.

Valeur estimée : 17 500 à 22 500€
Prix de vente : 19 000€

Collection La Fayette


Une jolie lettre postée le 22 décembre 1849 affranchie avec un bel exemplaire vermillon rouge clair.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 70.

Valeur estimée : 22 500 à 30 000€
Prix de vente : Invendu

Collection La Fayette


Un exemplaire vermillon rouge foncé, sur une lettre postée de l'Aisne le 25 février 1849.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 71.

Valeur estimée : 25 000 à 30 000€
Prix de vente : Invendu

Collection La Fayette


Une lettre postée de Paris le 19 janvier 1849 à destination de Rouen, affranchie d'un timbre vermillon rouge très foncé, la teinte la plus vive de cette émission.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 73.

Valeur estimée : 25 000 à 35 000€
Prix de vente : 26 000€

Collection La Fayette


Un exemplaire vermillon rouge, d'une teinte caractéristique des timbres utilisés à Sedan, sur une lettre postée le 12 septembre 1850 à destination de Lannion.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 74.

Valeur estimée : 20 000 à 25 000€
Prix de vente : Invendu

Collection La Fayette


Un autre exemplaire utilisé à Sedan, d'une teinte toute aussi particulière.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 81.

Valeur estimée : 30 000 à 40 000€
Prix de vente : 24 000€

Collection La Fayette


Un exemplaire vermillon terne, frappé d'un cachet du bureau central de Paris daté du 10 janvier 1849. Une pièce de référence pour cette couleur caractéristique.

1fr vermillon sur lettre
Mis en vente par Spink, vente aux enchères n° 3035 du 17.11.2003, lot n° 82.

Valeur estimée : 70 000 à 130 000€
Prix de vente : 56 000€

Collection La Fayette


Une extraordinairement rare paire tête-bêche, la seule connue sur lettre, à destination de Bombay. Que demander de plus ?

Mise à jour du 12 novembre 2008

Voici une autre lettre offerte par Behr Philatélie, un exemplaire vermillon vif, utilisé sur un pli posté de Crest le 25 août 1849 à destination de Grenoble :

1fr vermillon sur lettre

Mis en vente par Giorgino, vente aux enchères du 28.03.2009, lot n° 1210.

 

Mise à prix : 24 000 Fr

Prix de vente : Invendu

 

Mis en vente par Behr Philatélie, vente sur offres n° 5 se terminant le 25.11.2008, lot n° 109.

Cote : 32 500€
Mise à prix : 18 500€

Prix de vente : Invendu

 

Mise à jour du 29 mars 2009

L'exemplaire sur lettre ci-haut (Crest, 25 août 1849), n'ayant pas trouvé preneur à Paris, est offert quatre mois plus tard dans une vente aux enchères en Suisse. Trouvera-t-il preneur ?

Un exemplaire sur fragment est également offert durant cette vente :

Mis en vente par Giorgino, vente aux enchères du 28.03.2009, lot n° 1209.

Mise à prix : 10 000 Fr
Prix de vente : 11 000 Fr


Le pli a été posté de Arcis sur Aube le 27 août 1849. Remarquez les cinq signatures sur le fragment !

Mise à jour du 11 avril 2009

Un bel exemplaire sur cette lettre postée de Lyon le 18 janvier 1849 et arrivée le lendemain à Tonnerre dans l'Yonne :

Mis en vente par David Feldman SA, vente aux enchères du 01.05.2009, lot n° 60014.

Valeur estimée : 16 000 à 24 000€
Prix de vente : 17 000€


On remarquera que toutes les lettres ci-haut à l'exception de deux sont frappées de l'oblitération grille. Les deux lettres en question sont datées du 10 et 11 janvier 1849. L'oblitération grille aurait été livrée en province à partir du 11 janvier 1849. Son utilisation sur la lettre ci-haut, datée du 18 janvier (trois semaines après la mise en circulation du timbre d'ailleurs), est donc correcte. Il est également intéressant que noter que le timbre est annulé par l'oblitération grille et le cachet à date.

Mise à jour du 22 avril 2009

Il faut croire que c'est la saison des 1fr vermillon sur lettre :

Mis en vente par Cherrystone Philatelic Auctioneers, vente aux enchères du 29.04.2009, lot n° 316.

Cote : 32 500€
Mise à prix : 9000$
Prix de vente : Invendu


Postée de Cognac le 26 juin 1849 par un certain Moullon, huissier, à destination d'un autre huissier, à Pérignac. La lettre ne semble pas avoir de particularité intéressante.

 

Mise à jour du 7 novembre 2010

La lettre suivante est semblable à deux des lettres illustrées ci-haut dans le sens où elle a été postée au tout début de l'année 1849 et que le timbre est annulé non pas par la classique oblitération grille mais par un cachet à date :

 

http://lh5.ggpht.com/_m5TAVVZAIO0/TNcHoeAgEoI/AAAAAAAACAA/VkbGOvOW1uo/s800/07-11-2010-3.jpg
Mis en vente par David Feldman SA, vente aux enchères du 19.11.2010, lot n° 20028.

Valeur estimée : 60 000
Prix de vente : 70 000€

 

Le cachet à date est celui du bureau central de Paris, du 4 janvier 1849, soit trois jours après la mise en circulation des premiers timbres-poste français. L'absence de l'oblitération grille s'explique par le fait que tous les bureaux de poste n'avaient pas reçus le tampon à temps...

 

Le bureau central de Paris commencera à utiliser le sien le 10 janvier de la même année.

 

Mise à jour du 28 novembre 2010

Et encore trois autres :

 

http://lh4.ggpht.com/_m5TAVVZAIO0/TPJhWYLkfYI/AAAAAAAACCc/MLK-3Ax9aC8/s400/28-11-2010-3.jpg
Mis en vente par Behr Philatélie, vente sur offre n° 11 se terminant le 08.12.2010, lot n° 223.

Cote : 52 500€
Mise à prix : 20 000€
Prix de vente : 22 500€

 

http://lh3.ggpht.com/_m5TAVVZAIO0/TPJhWUxLf2I/AAAAAAAACCg/h08u67EMqQM/s400/28-11-2010-4.jpg
Mis en vente par Behr Philatélie, vente sur offre n° 11 se terminant le 08.12.2010, lot n° 224.

Cote : 34 000€
Mise à prix : 18 000€
Prix de vente : Invendu

 

http://lh5.ggpht.com/_m5TAVVZAIO0/TPJhWbyB2II/AAAAAAAACCk/kIVwUxHRyx8/s400/28-11-2010-5.jpg
Mis en vente par Behr Philatélie, vente sur offre n° 11 se terminant le 08.12.2010, lot n° 228.

Cote : 34 000€
Mise à prix : 17 000€
Prix de vente : Invendu

 

Dans les trois cas, il s'agit de lettres envoyées à des greffiers ou des avoués.

Repost 0
Published by Svart Riddare - dans France et colonies
commenter cet article

Présentation

  • : Raretés et curiosités philatéliques
  • Raretés et curiosités philatéliques
  • : Présentation de timbres ou d'objets philatéliques rares.
  • Contact