Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 décembre 2007 6 01 /12 /décembre /2007 21:29
Le nombre de timbres différents actuellement disponibles est si élevé qu'il semble désormais impossible de faire une collection de tous les timbres du monde. Les collections thématiques permettent de pallier à cet inconvénient. L'un des thèmes prisés par les collectionneurs occasionnels est la faune. Le collectionneur choisit un animal (les chats, les chevaux) ou un genre (les rongeurs, les insectes) et tente de réunir tous les timbres mettant en scène le thème choisi.

Ce type de collection thématique est en général relativement peu onéreux mais le collectionneur devra parfois mettre d'importants moyens financiers pour la compléter :

Deux ours sur ce timbre de 1845
Mis en vente par Matthew Bennet International, vente aux enchères publique n° 324, lot n° 1016.

Cote : 10 000$
Prix de vente : 52 500$

Ce timbre a été émis par le postmaster de la ville de Saint-Louis, en 1845, avant l'émission du premier timbre des États-Unis en 1847. N'ayant été émis que par la seule ville de Saint-Louis, ce timbre, pas tout à fait officiel et d'une facture assez grossière, est aujourd'hui d'une grande rareté.

L'exemplaire offert ici est neuf et est, d'après le vendeur, le plus beau des six exemplaires actuellement connus. Ce timbre est parfait pour agrémenter une collection thématique sur les ursidés !
Repost 0
Published by Svart Riddare - dans États-Unis
commenter cet article
29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 22:32

Le canton de Genève, en Suisse, a émis, en 1843, au tout début de la philatélie, un curieux timbre de 10 centimes qui pouvait être découpé en deux timbres individuels de 5 centimes.

Le double timbre de 10 centimes servait d'affranchissement pour le courrier cantonal mais chaque moitié de 5 centimes suffisait pour un affranchissement local.

Ce double timbre vaut aujourd'hui une belle fortune. La valeur d'une moitié, bien que quatre fois moindre, n'est pas négligeable non plus.

Canton de Genève, 5 centimes droit
Canton de Genève, 5 centimes gauche
Mis en vente par David Feldman SA, vente aux enchères du 4.12.2007, lot n° 10067.

Valeur estimée : 20 000 Fr
Prix de vente : 40 000 Fr


Voici deux plis adressés à un certain M. Marcel Suez, rue de la Cité, chacun affranchi par une moitié de timbre. La première enveloppe est affranchie avec la moitié droite, la deuxième avec la moitié gauche. Ce qui est amusant, c'est que ces deux moitiés proviennent de deux timbres adjacents ! En effet, un examen attentif (sans doute plus facile à faire avec les deux enveloppes en main) montre que le timbre de la première enveloppe était à l'origine le voisin (gauche) du timbre de la deuxième enveloppe.

Ces deux plis permettent donc de reconstituer une paire... ou presque puisqu'en fait ce sont les moitiés droite et gauche de deux paires différentes mais situées côte à côte. Retrouvera-t-on une troisième moitié ?

 

Mise à jour du 21 novembre 2008

Malgré la rareté et la valeur d'une paire, ce ne sont pas moins de six exemplaires qui seront offerts à la vente dans quelques jours. Profitons-en pour complémenter cet article.

 

Double de Genève

Mis en vente par Rapp Internationale Briefmarkenauktionen, vente aux enchères du 24.11.2008, lot n° 27.


Cote : 58 000 Fr
Valeur estimée : 15 000 à 20 000 Fr

Prix de vente : 26 000 Fr

 

Une très jolie paire, sur fragment daté à Genève le 2 janvier 1845. Maintenant quelle est la différence entre les deux paires suivantes ?

 

Double de Genève

Double de Genève

Mis en vente par Rapp Internationale Briefmarkenauktionen, vente aux enchères du 25.11.2008, lot n° 621 et 622.


Cotes : 58 000 et 100 000 Fr
Valeurs estimées : 15 000 à 30 000 Fr

Prix de vente : 26 000 et 40 000 Fr

 

collection Genève

 

La deuxième paire est « à l'envers » ! En effet, les paires sont imprimées côte à côte et il était donc parfaitement possible d'en créer une avec deux moitiés de paires. La valeur respective des deux lots ci-haut donnent une idée de la rareté de chacune des configurations.

 

Double de Genève sur lettre

Mis en vente par Rapp Internationale Briefmarkenauktionen, vente aux enchères du 25.11.2008, lot n° 1015.


Cote : 110 000 Fr
Valeur estimée : 50 000 à 60 000 Fr

Prix de vente : 75 000 Fr

 

collection Pilatus

 

Une superbe lettre posté le 7 février 1844 de Genève à destination de La Terrassière. D'après le vendeur, l'une des plus belles lettres des dix connues. Il précise également qu'on recense aujourd'hui 120 doubles de Genève, ce qui illustre d'ailleurs le caractère exceptionnel d'une vente où six de ces exemplaires sont offerts !

 

Pour clore cette mise à jour, une demie-paire sur lettre qui présente une particularité :

 

Canton de Genève sur lettre

Mis en vente par Rapp Internationale Briefmarkenauktionen, vente aux enchères du 25.11.2008, lot n° 1016.


Valeur estimée : 15 000 à 20 000 Fr

Prix de vente : 19 000 Fr

 

collection Pilatus, ex collection Stünsi

 

La particularité ? La date, le 3 novembre 1843. Ce qu'il faut savoir, c'est que les Genèvois furent réticents à affranchir leur courrier. Afin de convaincre la population, les timbres furent vendus à partir du 1er mars 1844 avec un rabais de 20%, soit 8 centimes au lieu de 10 pour une paire et 4 centimes pour le timbre seul. Le timbre n'est pas réimprimé, il restait probablement quelques dizaines de milliers d'exemplaires à écouler...

 

La lettre ci-haut est l'une des cinq connues antérieure à ce changement de tarif. Une seule est antérieure à celle illustrée ci-haut; il s'agit d'une moitié gauche utilisée le 14 octobre.

 

Mise à jour du 29 mars 2009

Une autre des 120 paires, en excellente condition :

 

Mis en vente par Giorgino, vente aux enchères du 28.03.2009, lot n° 49.

Mise à prix : 22 000 Fr
Prix de vente : 28 000 Fr

 

Dans la même vente, ce qui semble être une paire sur fragment :

 

 
Mis en vente par Giorgino, vente aux enchères du 28.03.2009, lot n° 50.

Mise à prix : 6 000 Fr
Prix de vente : Invendu

 

Cependant, le vendeur nous apprend que la paire est reconstituée; seul le timbre de gauche appartient réellement au fragment. Une réalisation réussie.

 

Mise à jour du 15 mai 2009

Voici une lettre peu commune puisqu'elle est affranchie d'un double de Genève et est locale, c'est-à-dire qu'il s'agit d'un double port :

 

Mis en vente par Numphil, vente aux enchères du 23.05.2009, lot n° 296.

Valeur estimée : 45 000 à 55 000€

Prix de vente : Inconnu

 

Le destinataire habitait en effet à Molard, aujourd'hui un quartier de Genève.

 

Dans la même vente, on trouve également deux exemplaires détachés :

 

Mis en vente par Numphil, vente aux enchères du 23.05.2009, lots n° 294 et 295.

Valeurs estimées : 8000 à 10 000€ et 20 000 à 22 000€

Prix de vente : Inconnus

 

La première paire est décrite comme « belle » et la deuxième comme « très belle ». Je ne sais pas s'il faut en conclure quelque chose sur l'état des timbres mais en me basant sur les scans, ma préférence va à la première.

 

Mise à jour du 11 décembre 2010

Voici une lettre envoyé au docteur Bouquet, maire de la ville de Carouge près de Genève :

http://lh5.ggpht.com/_m5TAVVZAIO0/TQOtzO2Z2UI/AAAAAAAACD8/TCYjvo1Ki7A/s400/11-12-2010-5.jpg

Mis en vente par Cherrystone Philatelic Auctionneers, vente aux enchères du 16.12.2010, lot n° 2331.

 

Cote : 85 000Fr

Cote : 70 000€

Prix indicatif : 25 000$

Prix de vente : 25 000$

 

Il s'agit d'une très jolie pièce; on ne regrettera que le fait que l'oblitération ne touche pas l'enveloppe, les timbres ayant été décollés pour examen.

Repost 0
Published by Svart Riddare - dans Suisse et Bénélux
commenter cet article
28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 20:28
Parfois, au XIXème siècle, certains bureaux de poste pouvaient être mal approvisionnés et manquer de timbre de certaines dénominations. S'il manque une valeur élevée, c'est simple, il suffit de mettre plusieurs timbres pour atteindre le bon tarif. Si la valeur la plus faible vient à manquer, ça ne fonctionne plus.

Un peu partout dans le monde, les employés des services postaux ont alors utilisé la même méthode : couper en deux un timbre dont la valeur nominale est double de celle nécessaire à l'affranchissement. Dans de rares cas, on a coupé un timbre en quatre. Qui dit mieux ?

Un huitième de timbre
Mis en vente par Schuyler Rumsey, vente aux enchères n° 27, lot n° 1663.

Cote : 11 000$
Prix de vente : Invendu

Ce pli est affranchi au tarif de un réal avec un huitième (!) d'un timbre mexicain de 8 réaux. D'après le vendeur, de 7 à 8 tels plis seraient aujourd'hui connus, ce qui en fait une pièce particulièrement rare.

Ce timbre peut également être trouvé sur enveloppe coupé en deux, en quatre et même, tenez-vous bien, en trois-quart pour un affranchissement de six réaux !
Repost 0
Published by Svart Riddare - dans Amérique centrale
commenter cet article
24 novembre 2007 6 24 /11 /novembre /2007 12:06
Les timbres anciens, d'une impression à l'autre, pouvaient prendre des teintes très différentes. L'étude de ces teintes, la comparaison avec la date des oblitérations et les archives des autorités postales permettent souvent d'associer des teintes à des commandes d'impression et, parfois, de quantifier le nombre d'exemplaires produits d'un timbre dans une teinte donnée.

Prenons par exemple un des timbres de la première série suédoise, le 8 skilling banco, jaune, produit à 718 200 exemplaires à partir de juillet 1855 :

Suède, Facit n° 4c jaune citron
Mis en vente par Nova Frimärken AB, vente aux enchères du 29.11.2007, lot n° 1268.

Cote : 15 000 kr
Prix de départ : 1500 kr
Prix de vente : 4600 kr

Cet exemplaire, superbement oblitéré (23.11.1856 Haparanda), serait, d'après le vendeur, de la teinte jaune citron, dont seulement 15 000 exemplaires ont été imprimés en octobre 1856. D'ailleurs, un seul exemplaire neuf est connu dans cette teinte.

Malgré la qualité de l'oblitération, le prix de réserve est relativement bas car le timbre est malheureusement défectueux. La couleur est également difficile à apprécier sur ce scan isolé; à moi il semble plutôt d'un orange tirant sur le brun que jaune citron...
Repost 0
Published by Svart Riddare - dans Scandinavie
commenter cet article
23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 19:57
Plus toute jeune car elle a aujourd'hui plus de quatre siècles et demi :

Une lettre de 1567 en provenance de Stockholm
Mis en vente par AB Philea, vente aux enchères n° 259, lot n° 7.

Prix de départ : 25 000 kr
Prix de vente : Invendu

Livrée par courrier en 1567, de Stockholm à Baggeborg, la missive porte la mention « Cette lettre doit être remise à mon ami et frère Mikell Persån à Baggeborg ». En Suédois moderne : « Till min vän och broder Mikell Persån på Baggeborg detta brev vänligen tillhanda ».

Une des plus vieilles lettres connues envoyées par courrier en Suède. Malheureusement, pas d'affranchissement philatélique...

Repost 0
Published by Svart Riddare - dans Scandinavie
commenter cet article
20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 17:19
Cet idée marketing est la création d'une mesure d'évaluation de la qualité d'un timbre-poste de collection. D'après Professional Stamp Experts, « pour la première fois, toutes les caractéristiques d'un timbre - centrage, défauts et apparence - ont été incorporées dans un modèle qualitatif et une méthode permettant d'en dériver un score a été définie ».

Ces messieurs ont omis de mentionner qu'un système de notation tout à fait analogue est utilisé dans certains pays, comme en Suède, depuis bien lontemps. L'idée n'est donc pas originale mais ce qui en fait la force c'est qu'une publication trimestrielle l'accompagne : The Stamp Market Quarterly. On y trouve l'évolution de la cote des timbres en fonction du score obtenu.

Peu à peu, ce système de gradation introduit en 2001 s'impose comme un standard de fait. La première conséquence, c'est que Professional Stamp Experts, étant les seuls émetteurs des certificats de qualité basés sur leur modèle, verront probablement affluer les demandes de certifications. La deuxième, c'est que les prix des plus beaux spécimens, maintenant « officiellement » notés, s'envolent.

Un exemple :

États-Unis, n° 122
Mis en vente par Jay Parrino's The Mint, sur eBay, lot 290182317136

Prix net : 175 000$
 

Cet exemplaire de 1869, d'une qualité irréprochable est proposé à un prix astronomique. Ce timbre, en condition very fine (note 80), aurait une valeur de 14 000$, d'après le site de Professional Stamp Experts. Cet exemplaire est en condition exceptionnelle et il faudra dépenser dix fois ce montant. Notez que s'il avait eu une note de 90 plutôt que de 95 (ce qui ne semble pas impossible, la marge de gauche étant plus étroite que les autres), sa valeur théorique aurait été divisée par deux !

On espère que les évaluateurs conservent un scan des timbres qu'ils notent afin que leur système de notation reste cohérent. Sinon ça deviendra un loterie. Un 90 au lieu d'un 95 ? Un 98 au lieu d'un 95 ? Selon la note accordée, le prix de vente du timbre pourra être multiplié par quatre ou plus...

Ce timbre, vendu aux enchères chez Siegel le 20 septembre 2006 au prix de 90 000$ (103 500$ selon le vendeur actuel qui a manifestement ajouté 15% de commission), est maintenant disponible pour... le double ! Tant pis pour le collectioneur qui a raté cette vente et qui va maintenant payer le prix fort.

En passant, si vous êtes intéressé, sachez qu'en ce moment eBay vous déduit jusquà 25$ de votre achat si vous payez avec un Mastercard eBay !
Repost 0
Published by Svart Riddare - dans États-Unis
commenter cet article
16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 21:52

À New York le 12 décembre sera vendue aux enchères une impressionnante collection de l'histoire postale guadeloupéenne. Parmi les nombreuses pièces de grande rareté et de grande valeur philatélique, on trouve ce pli :

France n° 4 et 6 sur un pli de Guadeloupe

Mis en vente par David Feldman SA, vente aux enchères du 19.11.2010, lot n° 20030.

Valeur estimée : 10 000€
Prix de vente : Invendu

 

Mis en vente par Spink Shreves Galleries, vente aux enchères n° 97 du 12.12.2007, lot n° 1.

Valeur estimée : 20 000$ à 25 000$
Prix de vente : 15 000$


Il s'agit du plus ancien pli connu provenant des colonies françaises et affranchi avec des timbres de la métropole. Oblitéré à Basse-Terre en Guadeloupe, le 2 novembre 1851, le pli est arrivé à Calais le 28 novembre et à Paris le même jour (ce dernier cachet est situé au verso).

Durant environ deux ans, de 1851 à 1853, la France a fait parvenir à quatre de ses colonies, dont la Guadeloupe, des timbres de sa première émission afin que les plis à destination de la France puissent être affranchis. Il y aurait moins de 50 tels plis en provenance de la Guadeloupe aujourd'hui connus.

Mise à jour du 11 avril 2009

Voici une autre lettre, postée de Pointe-à-Pitre le 27 septembre 1852 à destination de Paris, arrivée à Calais le 19 octobre :

Mis en vente par David Feldman SA, vente aux enchères du 01.05.2009, lot n° 60015.

Valeur estimée : 6000 à 8000€
Prix de vente : 5500€


L'affranchissement est identique à la première lettre illustrée dans ce billet, 1,50 francs mais ce pli est taxé. La lettre aurait vraisemblablement du être affranchie au tarif du deuxième échelon, soit trois francs.

Le vendeur précise qu'on connaît quatre telles lettres de Gadeloupe taxées pour affranchissement insuffisant et, évidemment, il précise également que c'est la plus belle...

 

Mise à jour du 7 novembre 2010

La première lettre illustrée dans ce billet n'aura même pas été conservée trois ans par son acquéreur puisqu'on la retrouve de nouveau en vente. La valeur estimée est proche du montant de la transaction en 2007.

 

Le vendeur précise qu'il s'agit d'un pli premier jour.

Repost 0
Published by Svart Riddare - dans France et colonies
commenter cet article
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 20:59

Partis de Terre-Neuve, le 18 mai 1919, les aviateurs ont eu la bonne idée d'emmener avec eux un sac de courrier. Une surcharge spéciale avait été utilisée pour l'occasion :

Terre-Neuve n° C1
Mis en vente par Vance Auctions, ventes sur offre n° 257, lot 4967.

Cote : 35 000$
Prix de vente : Inconnu


Ce pli, signé par Raybaudi et Calves, certifié par Diena et la fondation V. G. Greene est en excellente condition. Extrêmement rare puisque 200 timbres auraient été surchargés et moins de la moitié réellement utilisés.

Et s'il a bel et bien accompagné MM. Hawker et Grieve au-dessus de l'Atlantique, il les a alors accompagné dans leur bain de mer puisque ce premier vol s'est terminé dans l'Atlantique... Les aviateurs et le courrier ont été repéchés.

Mise à jour du 27 avril 2008

Voici maintenant l'un des 76 exemplaires neufs qui ont été vendus afin de venir en aide au Marine Disasters Fund :

Terre-Neuve n° C1

Mis en vente par Cherrystone Philatelic Auctioneers, vente aux enchères du 08.05.2008, lot n° 1181.

Cote : 16 000£
  Prix de vente : 23 000$


Cet exemplaire, neuf avec légère trace de charnière, est paraphé des initiales J.A.R., du nom de l'intendant des postes J. Alex Robinson.

Mise à jour du 14 décembre 2008

Une paire :

Terre-Neuve n° C1

Mis en vente par Cherrystone Philatelic Auctioneers, vente aux enchères du 16.12.2010, lot n° 2182.

Cote : 62 500$
  Prix de départ : 50 000$
Prix de vente : 50 000$


Mis en vente par Cherrystone Philatelic Auctioneers, vente aux enchères du 08.01.2009, lot n° 951.

Cote : 34 000£
  Prix de départ : 45 000$
Prix de vente : 45 000$


Mis en vente par Cherrystone Philatelic Auctioneers, vente aux enchères de 05.2006, lot n° 1581.

Prix de vente : 42 500$


Le timbre du bas est sans charnière.

Mise à jour du 28 février 2009

Le vol s'étant abîmé dans l'Atlantique, certains plis se sont ouverts, certains timbres se sont décollés :

Mis en vente par Eastern Auctions Ltd, vente aux enchères du 13.02.2009, lot n° 90.

Cote : 35 000$
Prix de vente : Inconnu

Mis en vente par Siegel Auction Galleries, vente aux enchères n° 645 du 20.04.1985, lot n° 535.

Prix de vente : 9000$


Les autorités britanniques ont replacé le timbre sur l'enveloppe (un peu trop à droite, comme c'est inadmissible !) et apposé une étiquette à l'arrière mentionnant que le pli a été reçu ouvert et qu'il a été refermé. So British !

Notez la date d'application du tampon londonien, le 30 mai 1919 alors que le pli était parti de Terre-Neuve le 12 avril.

Mise à jour du 13 avril 2009

Le premier pli illustré dans cet article était adressé à Mme Woods Mason. En voici un autre à destination cette fois de son mari, le capitaine Woods Mason :

Mis en vente par David Feldman SA, vente aux enchères du 01.05.2009, lot n° 60055.

Cote : 12 750£
Valeur estimée : 6000 à 8000€
Prix de vente : 8000€


Ce pli, « one of the nicer examples of this scarce flight » d'après le vendeur, possède au dos le label des autorités britanniques précisant que le pli a été refermé par les autorités postales.

Nous avons évoqué brièvement le destinataire, il s'agit de Donald Woods Mason, pilote de la Royal Air Force, dont on retrouve la trace sur internet en raison de son élection, fin 1918, au Royal Aero Club et, quatre ans plus tard, à la Royal Aeronautic Society.

Mise à jour du 22 avril 2009

Un exemplaire neuf, avec légère trace de charnière :

Mis en vente par Cherrystone Philatelic Auctioneers, vente aux enchères du 29.04.2009, lot n° 550.

Cote : 25 000$
Mise à prix : 19 000$
Prix de vente : 19 000$


Le vendeur précise que le timbre est « parfaitement » centré, ce qui est un peu exagéré. Il ne mentionne pas les dents un peu rabotées sur la droite mais précise qu'il y a une tache de « vieillesse » à droite du 1919. Trois signatures au dos, sans compter celle de J. A. Robinson...

 

Mise à jour du 11 décembre 2010

Décidément, la paire illustrée plus haut a de la difficulté à trouver le repos puisque c'est au moins la troisième fois qu'elle est offerte à la vente en cinq ans.

Repost 0
Published by Svart Riddare - dans Canada et provinces
commenter cet article
11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 18:32
Pour débuter ce blog en beauté, une véritable rareté qui, n'étant virtuellement jamais échangée sur les marchés, ne possède pas de cote. Il s'agit du n° 7b (Scott), de l'Île-du-Prince-Édouard. C'est la version non-dentelée d'un timbre habituellement dentelé 11½-12.

Île-du-Prince-Édouard, n° 7b
Mis en vente par eurostampcoin sur eBay, lot 190169480684

Prix de départ : 35$
Prix de vente : 0$


Évidemment, même les plus dupes ne se laisseront pas prendre. Les marges, inexistantes, sont le signe irréfutable qu'il s'agit d'un timbre dentelé bien ordinaire dont on a coupé les quatre côtés au ciseau. Comme en plus le timbre est déchiré, c'est donc un timbre totalement défectueux qui ne doit pas valoir plus d'un euro.

Cependant, le vendeur y croit :

no CV this stamp is extremly rare!!!!

auction price!!! if there is no value in Scott cat!!!

it could be worth even thousands of dollars!!!

How many stamps like this one existing???!!!


Évidemment, dans son annonce il précise avec tout autant de phrases boiteuses et de points d'exclamations qu'il ne vend que des timbres authentiques, etc.

Le clou :

No returns .. no refunds.

On s'en doutait ! En regardant l'historique du vendeur, on tombe sur un 1p d'Angleterre de 1855, non dentelé lui aussi, en tout aussi mauvaise condition avec d'aussi inexistantes marges qui vaudrait 2000$ et qu'il a vendu... 1,25$. Un vendeur à éviter de toute urgence !


Repost 0
Published by Svart Riddare - dans Canada et provinces
commenter cet article

Présentation

  • : Raretés et curiosités philatéliques
  • Raretés et curiosités philatéliques
  • : Présentation de timbres ou d'objets philatéliques rares.
  • Contact